CRITIQUES D'ANDRE RUELLAN

 Laszlo MINDSZENTI c'est toute ma carrière ! Figurez-vous que le tout frais critique que j'étais en 1972, fut contacté par un artiste dont je ne connaissais que le nom au vu de ses affichettes d'exposition et d'information , à propos de son atelier-école rue Beauvoisine à Rouen. Je suis donc allé non sans un certain trouble à la rencontre du détenteur d'un nom autour duquel se réunissaient dans le local à pans de bois tout ce que Rouen détenait déjà de futurs grands artistes. Son accueil m'est resté gravé en mémoire, face à cette personne solide, à l'accent hongrois dans un français impeccable, au regard bienveillant , tout plein de gentillesse . Se révéla ainsi pour moi, un des artistes différents des habitudes locales, véritable homme de culture par ses poésies et ses tableaux faits de rêves et de sensualité, un créateur qui n'a eu de cesse de modifier à jamais le regard des amateurs qui se posait sur ses oeuvres. En effet, Laszlo MINDZENTI représente encore et toujours l'esprit et le charme d'un artiste incomparable, aux oeuvres étonnantes de souplesse qu'activent de superbes et personnels accords de couleur et où se déploie un univers poétique et onirique d'êtres, gens, bestiaire et imaginaires au sein de compositions et d'environnements audacieux, magiques et émouvants.

André Ruellan, critique d'art,  octobre 2013

___________________________________________________________________________________________

Mindszenti à la galerie Rollin à Rouen

Il fallait à Dominique Rollin une exposition marquante pour cette première présentation saisonnière dans une galerie superbement rénovée tant en couleurs qu'en lumière. C'est Laszlo MINDSZENTI qui en est l'heureux bénéficiaire avec un très bel accrochage, bien dans l'esprit et le charme de cet artiste incomparable, dont les oeuvres, aux étonnantes souplesses et aux superbes et personnels accords de couleurs, continuent de prôner la poésie onirique des êtres, gens et bestiaires, imprégnés par l'artiste d'un environnement audacieux aux effets magiques, d'une sensualité vibrante et émouvante.

André Ruellan critique d'art 2010